Solutions de création de patrimoine
Toutes les solutions pertinentes sur le marché afin de se créer du patrimoine ou de le développer.

Thèmes

affiche argent assrance vie automne avantages ehpad background bic blog bonne bourse cac40 cadre

Rubriques

>> Toutes les rubriques <<
· Actualité (6)
· Assurance Vie (3)
· Bourse (1)
· Contact (1)
· EHPAD (14)
· Gestion de patrimoine (2)
· Réforme fiscalité (5)
· Résidence étudiante (1)
· Résidence senior (0)
· SCPI (6)

Rechercher
Derniers commentaires

salut mr & mme je suis un homme d’affaire français, disposant d’un capital de 150.000.000€ , destiner à octro
Par aide-financier330, le 06.12.2014

salut mr & mme je suis un homme d’affaire français, disposant d’un capital de 150.000.000€ , destiner à octro
Par aide-financier330, le 06.12.2014

salut mr & mme je suis un homme d’affaire français, disposant d’un capital de 150.000.000€ , destiner à octro
Par aide-financier330, le 06.12.2014

salut mr & mme je suis un homme d’affaire français, disposant d’un capital de 150.000.000€ , destiner à octro
Par aide-financier330, le 06.12.2014

salut mr & mme je suis un homme d’affaire français, disposant d’un capital de 150.000.000€ , destiner à octro
Par aide-financier330, le 06.12.2014

Voir plus

Articles les plus lus

· Différence entre EHPA et EHPAD
· Les avantages de l’investissement en EHPAD
· Qu'est ce qu'un conseiller en gestion de patrimoine?
· Investir en SCPI, une bonne solution?
· Le bail commercial en EHPAD

· Le gouvernement va-t-il provoquer un krach immobilier ?
· Résidences séniors
· investir en ehpad
· Le régime LMP
· Présentation générale de l'assurance-vie
· La réforme fiscale 2011
· Le statut LMNP en EHPAD
· Les perspectives du secteur de l’EHPAD
· Deux solutions pour investir en ehpad
· Investissement en SCPI : effet de levier et autres solutions

Voir plus 

Blogs et sites préférés

· investissement scpi
· Investissement Ehpad


Statistiques

Date de création : 19.02.2011
Dernière mise à jour : 10.09.2013
39articles


Investir en résidence étudiante

Publié le 10/09/2013 à 11:41 par solutions-investissements Tags : investissement résidence étudiante
Investir en résidence étudiante

Actuellement, notre contexte économique ne nous permet pas de prétendre à des rendements intéressants sur la plupart des fonds euros, dont la majorité on baissé de 0,3 points en ce début d’année. Avec un rendement aussi faible, ces fonds sont équivalents au livret A et ses 1,25% depuis le mois d’août. C’est pourquoi bon nombre d’investisseurs se tournent vers l’immobilier, telles que les résidences étudiantes, proposant un rendement plus attractif pour un risque peu élevé et une fiscalité avantageuse. 

 

Le marché de la résidence étudiante : une demande élevée pour une offre insuffisante

 

Le marché de la résidence étudiante se caractérise par une forte demande, augmentant chaque année davantage, et une offre qui reste beaucoup trop faible. En effet, tous les ans, plus de 2,5 millions d’étudiants sont à la recherche d’un logement leur permettant de se rapprocher de leur lieux d’étude tandis que le Crous et autres cités universitaires ne proposent que 165000 chambres sur toute la France. Ce constat est alarmant, c’est pourquoi de nombreuses résidences privées ont vu le jour ces dernières années bien que cela reste encore insuffisant. Ce marché est donc assuré de se développer et de présenter des perspectives très attractives pour les investisseurs.

 

La fiscalité de la résidence étudiante: devenir loueur en meublé non professionnel

 

Investir en résidence étudiante permet de bénéficier d’une fiscalité avantageuse et bien spécifique. Tandis que les loyers provenant de la location d’un bien nu sont imposés aux titres des revenus fonciers, ceux provenant d’une location meublée, comme la résidence étudiante sont imposés au régime des bénéfices industriels et commerciaux (BIC). Ce régime est dû au statut obtenu par l’investisseur en résidence étudiante qui est celui de loueur en meublé non professionnel (LMNP). 

Ce statut peut s’obtenir en investissant dans une résidence sénior, une résidence de tourisme, en EHPAD etc. et offre de nombreux avantages. Le premier est de pouvoir déduire des loyers perçus toutes les charges inhérentes au bien, les intérêts d’emprunt ainsi que l’assurance du prêt mais surtout un amortissement de 80% minimum de la valeur du bien sur 20 à 30 ans. Ainsi, les revenus BIC sont faibles voire nuls, permettant d’avoir un investissement fiscalement neutre. Le LMNP permet aussi la récupération de la TVA: lors de l’acquisition du bien, l’investisseur va payer une TVA qui lui sera remboursée par l’Etat mais il reçoit aussi la TVA sur les loyers qui sera à rembourser tout naturellement à l’Etat. 

 

L’avantage du bail commercial en résidence étudiante

 

Lorsqu’un investissement est fait en résidence étudiante, l’acquéreur va signer un bail commercial avec le gestionnaire de. Le principe est simple, ce n’est pas le locataire à proprement dit qui va régler les loyers à l’investisseur mais le gestionnaire. Ce bail commercial garantit le versement des recettes locatives, et ce même si la résidence en question viendrait à fermer. Plusieurs détails du bail sont cependant à prendre en compte:

 

- l’article 605-606 du Code Civil concernant la répartition des charges d’entretien et de réparation entre l’investisseur et le gestionnaire. 

 

- la durée du bail: en résidence étudiante, la durée du bail est de 9 ans ferme, sans échéance triennale comme pour la résidence sénior par exemple. 

 

- la revalorisation du loyer: effectuée tous les ans en fonction d’un indice INSEE



Mai 2013, les taux d’intérêt au plus bas historiques

Publié le 12/05/2013 à 12:06 par solutions-investissements Tags : crédit immobilier
Mai 2013, les taux d’intérêt au plus bas historiques

 

Bonne nouvelle pour les investisseurs français. Les taux d’intérêt des crédits immobiliers obtenus par les particuliers des banques françaises sont au plus bas. Effectivement en avril les taux ont atteint un nouveau plus bas historique avec une moyenne de 3,00%. Ces chiffres ont été publiés grâce à une étude de l’observatoire crédit logement et CSA. Tous les marchés profitent de ce plus bas historique. Un nouveau seuil psychologique a été atteint. Cette baisse s’explique principalement par les taux directeurs de la Banque Centrale Européenne à 0,5%, ce qui est son plus bas jamais atteint.

 

La France connait pourtant une chute de l’activité immobilière. Le nombre de crédits accordés est toujours en baisse sur un an dans un contexte économique avec un pouvoir d’achat en diminution. Par contre sur la période janvier à avril le nombre de crédits accordés a augmenté de 2,1% par rapport à la période novembre janvier 2012. La poursuite de la baisse des taux est probable, car les établissements de crédit vont chercher à maintenir l’activité sur un marché en contraction.

 

Il est aujourd’hui très rentable d’emprunter pour faire de l’investissement locatif en immobilier et utiliser l'effet de levier. Il convient de privilégier l’immobilier commercial (par exemple au travers de SCPI de rendement) à l’immobilier d'habitation.

Taxation sur les plus-values immobilières 2013

Publié le 22/02/2013 à 18:30 par solutions-investissements Tags : immobilier
Taxation sur les plus-values immobilières 2013

Les règles définitives en cas de cession

On a beaucoup parlé des évolutions potentielles des règles en matière de taxation sur les plus-values immobilières. Après différents changements, les règles définitives sont maintenant connues et intègrent bien la surtaxe pour les plus-values au-dessus de 50 000€.

Les règles, comme on pouvait s’y attendre, ont été alourdies. Un temps évoqué, l’abattement exceptionnel de 20% a été retoqué par les Sages du Conseil Constitutionnel.

De plus, une surtaxe pour les plus-values supérieures à 50 000 € a été mise en place. L’idée de taxer les résidences secondaires ayant été abandonnée, le gouvernement a créé cette surtaxe de 2 à 6% pour les cessions intervenant après le 1er janvier 2013, exception faite pour les ventes de résidences principales, les cessions de terrains à bâtir et les ventes pour lesquelles une promesse de vente a été faite avant le 7 décembre 2012.

Il est donc possible en cas de plus-valus supérieure à 250 000€, avec la surtaxe de 6% de porter le taux applicable à 40,5%. Ce montant se décomposant de la manière suivante, 19% + 6% + 15,5% de prélèvements sociaux. Sur l’abattement nous restons sur le barème classique avec exonération totale à partir de la 30ème année:

- 2%/an pour chaque année de détention de la 6ème à la 18ème année

- 4%/an pour chaque année de détention de la 18ème à la 24ème année

- 8%/an pour chaque année de détention de la 24ème à la 30ème année

Les personnes cédant leur bien en 2013 auront donc bien une fiscalité alourdie en matière de plus-value sur cession de biens immobiliers.


Investissez différemment, investissez en EHPAD

Publié le 07/02/2013 à 10:19 par solutions-investissements
Investissez différemment, investissez en EHPAD

Les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes appelés plus communément « EHPAD » font partie de la catégorie des logements meublés non professionnels (LMNP). La fiscalité est sensiblement différente d’un investissement immobilier classique. Ainsi, le choix d’investir en EHPAD vous propose deux cas de figures avantageux fiscalement.

Le premier cas de figure concerne le LMNP classique qui consiste par financement bancaire à acheter un bien immobilier, le meubler puis le louer afin de générer des revenus appelés BIC (Bénéfices industriels et commerciaux). Certes, le BIC est imposable mais les diverses charges et intérêts d’emprunt éventuels sont déductibles ainsi et surtout que l’amortissement du bien immobilier à hauteur de environ 80% de sa valeur. En conclusion, le BIC apparaît d’un point de vue comptable proche de O ou négatif. Par conséquent, les loyers perçus sont exonérés de toute imposition. Il est aussi tout à fait possible de profiter du LMNP lors d'un investissement en cash.


Le deuxième cas de figure concerne le LMNP censi-bouvard qui consiste à offrir un avantage fiscal exprimé en une économie d’impôt de 11% sur la valeur du bien immobilier étalée sur 9 ans. Le prix du bien ne doit pas excéder 300 000 €. Toutefois, si cette économie est supérieure au coût de l’impôt, l’avantage fiscal se reporte sur les prochaines années, jusqu’à la sixième année.

Le LMNP est un achat à caractère commercial, il est donc soumis à la TVA mais l’investisseur peut demander à  la récupérer en différé.

Le LMNP de type EHPAD est un investissement très peu risqué car l’investisseur traite avec l’exploitant de la résidence et non pas le locataire ou le risque de défaillance est plus grand.  Le gestionnaire gère une multitude de résidences de services et prend en charge toute la gestion et le fonctionnement de l’EHPAD.

L’investisseur perçoit donc des loyers nets et sécurisés avec comme seule charge la taxe foncière annuelle.

Le LMNP dit «censi-bouvard» est un investissement qui s’adresse à un investisseur avec une vision court-termiste dont l’objectif est de dégager le maximum de BIC durant les premières années.

Le LMNP classique s’adresse aux investisseurs ayant une vision à long terme de l’EHPAD.

Investissement en SCPI : effet de levier et autres solutions

Publié le 05/02/2013 à 14:18 par solutions-investissements
Investissement en SCPI : effet de levier et autres solutions

 

Une société civile de placement immobilier est une structure d’investissement de placement collectif. Ainsi, l’investisseur fait l’acquisition de part(s) de la SCPI qui elle, gère son parc immobilier et reverse en contre partie tous les trois mois un loyer à ce dernier.


Si l’investissement en SCPI présente des garanties de placement et de rendement (à hauteur de 5%) plutôt sérieuses, le revenu foncier qu’il génère lui, est totalement imposable et ne présente en premier lieu aucun avantage fiscal…

C’était sans compter sur l’effet de levier ou le financement par endettement.

L’investisseur a tout intérêt à financer son patrimoine immobilier (SCPI) par endettement. Ses intérêts de crédit seront déductibles du revenu foncier, la réduction fiscale portera sur toute la durée du prêt.

Outre les avantages fiscaux de financement par crédit, le cout de l’emprunt sera financé en grande partie grâce aux loyers perçus des SCPI. Il y  a en fait un double effet de levier.


Une acquisition judicieuse des parts d’une SCPI requiert un taux particulièrement bas et des rendements relativement élevés des SCPI et, au vu  de la conjoncture économique c’est actuellement le cas.

Il existe d’autres solutions pour obtenir une défiscalisation sur les SCPI telles que la souscription d’une SCPI à travers une assurance-vie qui permet d’être non imposable sur le revenu foncier puisqu’il est réinvesti automatiquement et présente l’avantage d’accroître sensiblement le patrimoine immobilier de l’épargnant.


Il  existe aussi le démembrement qui sépare l’usufruitier du nu-propriétaire d’une SCPI ayant chacun des aspirations et objectifs différents. Ils sont liés par un contrat ou ils se partagent les droits de propriété des parts de SCPI, le premier jouit du revenu foncier des parts de SCPI alors que le deuxième détient le droit de posséder les parts  sans percevoir aucun revenu et donc payer aucun impôt sur la durée de jouissance de l’usufruitier. Ainsi, le nu-propriétaire accroit son patrimoine immobilier sans être pénalisé fiscalement.

Toutes les solutions d’investir dans les SCPI évoquées ici dépendent évidemment de la situation professionnelle et patrimoniale de l’investisseur. Afin de clarifier votre situation, il est fortement conseillé de prendre contact avec un professionnel en gestion de patrimoine.

Hausse du chômage chez les plus de 50 ans

Publié le 29/01/2013 à 16:28 par solutions-investissements
Hausse du chômage chez les plus de 50 ans

 

Le ministère du Travail a récemment publié, à la fin de l’année 2012, les chiffres du chômage. Il apparait que pour le 19ème mois consécutif, le chômage est en hausse en France, et les chiffres atteints au mois de novembre montrent par ailleurs que le pourcentage de Français au chômage n’a jamais été aussi élevé depuis près de 15 ans. Quelles sont les personnes les plus touchées ? Le ministère du Travail a assuré faire diminuer le chômage en 2013, et en faire la priorité du gouvernement. Mais quelles sont les solutions proposées ?

Une hausse continue depuis plusieurs années

Depuis plusieurs mois, les jeunes de moins de 25 ans et les personnes âgées de plus de 50 ans sont les plus touchées par le chômage. Le mois de novembre n’a fait que confirmer ces données, puisque le nombre de demandeurs d’emploi de catégorie A, c’est-à-dire les personnes n’ayant jamais exercé une activité, a augmenté de 0,9 % en France métropolitaine, pour atteindre les 3 132 600 personnes cherchant un premier emploi. Ce niveau n’a pas été atteint depuis 1998. En ajoutant les catégories B et C, c’est-à-dire les personnes exerçant une activité réduite, le nombre de demandeurs a lui aussi augmenté de 0,7 % pour atteindre les 4 617 400 demandeurs. Enfin, en comptant les départements d’Outre-mer, le nombre de personnes en recherche d’emploi de catégories A, B et C est de 4 904 900 personnes.

Les plus concernés par cette crise de l’emploi sont les jeunes mais aussi les personnes de plus de 50 ans. En un an, la part des demandeurs d’emploi de plus de 50 ans de catégories A, B et C a augmenté de 15,6 %.

De plus, le ministère du Travail et de l’Emploi a constaté que le nombre de chômeurs de longue durée (plus d’un an) a augmenté de 12,1 %.

Les contrats stables (CDI et CDD) connaissent une importante diminution et l’Insee a même annoncé s’attendre à 40 000 suppressions de postes au début de l’année 2013, pour les secteurs marchands non agricoles.

Les objectifs de F. Hollande

Le ministère du Travail et de l’Emploi, conscient de l’importance de ces chiffres, a déclaré dans un communiqué rendre prioritaire la baisse du chômage d’ici la fin 2013. François Hollande est également conscient que la tendance de la courbe du chômage doit s’inverser en 2013, afin de reconquérir la confiance des Français. «Nous devons être tous sur le pont pour le travail et la lutte contre le chômage» a-t-il déclaré au marché international de Rungis.

Même si le Président français est confiant face à 2013, les économistes prévoient une continuité de la hausse du chômage, pensant l’objectif trop difficile à tenir. Pôle Emploi a été contraint de recruter des agents supplémentaires afin de faire face à l’augmentation des chômeurs. Aujourd’hui, 1 500 emplois sont détruits par jour, et plus d’un quart de ces emplois sont des CDD non renouvelés.


L’assurance-vie plus que jamais un placement intéressant

Publié le 17/12/2012 à 12:53 par solutions-investissements Tags : Assurance vie gestion de patrimoine gestion privée vie message nature cadre
L’assurance-vie plus que jamais un placement intéressant

 

Un temps boudée par les épargnants, l’assurance-vie revient sur le devant de la scène et retrouve de la vigueur en cette fin d’année. Et si la collecte est toujours négative sur l’ensemble de l’exercice 2012, les chiffres sont beaucoup plus nuancés sur ce dernier quart d’année.

Un placement personnalisable

Sans revenir sur le détail du fonctionnement de l’assurance-vie, il est bon de rappeler qu’une assurance-vie est un placement aux choix multiples : libre à chacun d’opter pour une allocation de fonds selon sa propre sensibilité au risque, avec une possiblité d’un capital garanti à 100%, comme d’un risque total. Bien entendu, le rendement espéré sera en conséquence.

Une des principales raisons du désintérêt des particuliers pour l’assurance-vie ces 2 dernières années réside dans les fonds en euros, qui voient leur rendement chuter régulièrement : finie l’époque où l’on pouvait obtenir un rendement de 5% sans prendre de risque, il faut aujourd’hui accepter de se mouiller. Car si le taux moyen en 2011 avoisine les 3%, il est difficile de se contenter de cela. Ce chiffre demeure appréciable, par rapport au livret A par exemple, qui devraient selon toute vraisemblance voir son taux de 2,25% baisser courant 2013.

Néanmoins, la performance est à aller chercher ailleurs, dans les unités de compte. De nature très variable, les UC peuvent prendre plusieurs formes : SICAV, OPCM, produits structurés, trackers, SCPI...

Dans ce cadre-là, il peut être intéressant de regarder du côté des SCPI ou de certains produits structurés, qui proposent des rendements de 5 à 8% en général, avec une protection face au risque plus ou moins importante. Par ailleurs, come nous vous l’avons annoncé dans un message précédent,le CAC 40 reprend petit à petit des couleurs et certains fonds retrouvent à ce titre une légitimité.

Une fiscalité toujours attractive

Par ailleurs, au-delà de l’allocation et des performances du contrat, il convient de garder à l’esprit que l’assurance-vie est le placement patrimonial par excellence et elle remplit aussi bien un but de constitution de capital à moyen terme dans le cadre d’un apport pour un projet immobilier, faire fructifier son épargne sur la durée avec à long terme une facilité de transmission ou même la perception de rentes une fois la retraite venue par exemple.

Dans un cadre général de durcissement de la fiscalité des particuliers, l’assurance-vie retrouve tout son sens puisqu’elle a été pour l’instant épargnée. En cas de sortie des capitaux, il est toujours possible de choisir entre une imposition des plus-values selon la tranche marginale d’imposition (TMI) ou le prélèvement libératoire forfaitaire (PLF) avec un optimal à 8 ans.

Concernant la succession, la possibilité de transmettre jusque 152 500 € sans passer par la case imposition est toujours présente, quant l’abattement de droit commun a été abaissé à 100 000 € sur 15 ans...

Dans un contexte fiscal de plus en plus compliqué et des placements «0 risque» qui voient leur rentabilité s’éroder fortement, l’assurance-vie est donc plus que jamais un placement d’actualité.

Augmentation de l’imposition des plus-values immobilières

Publié le 12/12/2012 à 17:43 par solutions-investissements Tags : 2012 fiscalité immobilier 2010 cadre revenu
Augmentation de l’imposition des plus-values immobilières

 

Au rythme des réformes et de l’alourdissement des taxes, beaucoup finissent par se demander s’ils pourront gagner quelque chose de la revente d’un bien. Le gain issu d’une plus-value potentielle risque d’être de moins en moins significatif !

Les députés se sont penchés récemment sur le barème d’imposition des plus-values immobilières récemment. Lors des discussions sur le projet de Loi de finances rectificatif 2012, afin de respecter les objectifs de diminution de la dette, Bercy a proposé d’alourdir une taxation de ces plus-values immobilières  via un amendement spécifique :

Les plus-values supporteraient de ce fait trois taux d’imposition dès l’année 2014 :

  • En dessous de 100 000 €, il y aurait une imposition de 19% pour le contribuable (il s’agit du niveau actuel pour n’importe quel montant de plus-value)
  • De 100 000 à 150 000 € cela passerait à 22%
  • Au dessus de 150 000 €, on atteindrait 24%

Si l’on ajoute à cela les prélèvements sociaux, cela donne au total dans l’ordre :

  • 34,5%
  • 37,5%
  • 39,5%

Mais les députés ne se sont pas contentés de cette augmentation du taux de base, il sont eu la main bien plus lourde permettant à l’État de s’assurer un revenu plus important. Et, dans le cas de figure où le Sénat de par son vote approuverait les députés, une surtaxe serait appliquée, et ce, dès le 1er janvier prochain.

Cette surtaxe s’appliquera de manière progressive, sous cette forme :

  • de 50 000 € à 100 000 € : 2%
  • 1 point par tranche de  50 000 € au-delà : soit 6% au-dessus de 250 000€ de plus-value.

Ce qui, avec l’ajout des cotisations sociales, pour un gain d’au moins 250 000 € représente une imposition de 40,5%...

Fort heureusement, le propriétaire peut toujours bénéficier d’un abattement en fonction de la durée de détention de son acquisition :

  • de la 6ème année à la 17ème année de détention, un abattement annuel de 2% est appliqué
  • au-delà, l’abattement est de 4% jusqu’à la 24ème année.
  • puis 8% chaque année pour une exonération totale à 30 ans.

Exceptionnellement, le gouvernement prévoit dans le cadre du budget 2013 un abattement de 20% (uniquement en 2013 donc) sur les plus-values nettes imposables, un avantage qui s’ajoute donc à l’abattement pour durée de détention. Cependant cette mesure salvatrice pour beaucoup d’investisseurs n’a pas encore été votée.

Le cabinet Fidroit a réalisé la simulation ci-dessous montrant l’évolution des impôts à payer en fonction des années. Ils se sont basés sur un propriétaire d’une résidence secondaire achetée 200 000 € et vendue 350 000 € une dizaine d’années plus tard sans avoir effectué de gros travaux.

Montant de l’imposition sur plus-value :

  • 2010 : 14 155 euros
  • 2011 (avant le 30 septembre 2011) : 15 767 euros
  • 2012 (à partir de juillet 2012) : 31 904 euros
  • 2013 (avec abattement exceptionnel de 20%) : 28 870 euros
  • 2014 : 32 712 euros.

Comme vous pouvez le constater, au fil des ans, avec la hausse des prélèvements sociaux, la modification du calcul des abattements etc., le montant payé par le propriétaire à la revente augmente progressivement pour faire plus que doubler en 2012 !

Fort heureusement, le gouvernement a par ailleurs reculé sur son projet de taxe de 5% sur la valeur locative des résidences secondaires, mais malgré ce point ainsi que l’abattement exceptionnel de 20%, de nombreux professionnels s’inquiètent et prévoient d’ores et déjà un gel du marché immobilier sur l’année à venir. Un marché qui n’est déjà pas en grande forme…

Le CAC 40 atteint son plus haut niveau annuel

Publié le 07/12/2012 à 11:36 par solutions-investissements Tags : Bourse CAC40
Le CAC 40 atteint son plus haut niveau annuel

 

Le mercredi 5 décembre, le CAC 40 établissait son record de l’année 2012, en atteignant 3607 points dans le milieu de la matinée.

Il s’agissait de son plus haut niveau en 2012, l’indice a monté de 0,25% en milieu de séance rejoignant le précédent record de 3600 points établi en mars dernier.

En 2012, avec la rémission de la zone euro, et le taux des obligations françaises à 10 ans tombant  à moins de 2% (plus bas historique), la Bourse de Paris a été favorisée.

Mais il faut toutefois noter que le marché a perdu un peu de l’avance qu’il possédait, à la suite d’une émission obligataire espagnole que beaucoup jugent décevante. Décevante ? Effectivement, cette émission n’a pu permettre au pays hispanique de dépasser la limite haute que cette opération prévoyait, alors même que les taux d’emprunt à 3 et 10 ans ont baissé légèrement.

Mais ce record fut vite dépassé, à 9h45 aujourd’hui jeudi 6 décembre 2012, il a dépassé les 3607 points d’hier, en prenant 20,45 points par rapport à la clôture, l’amenant à 3610,46 points.

L’issue de la séance est cependant principalement «dépendante»  de la réunion mensuelle de la BCE, et ce même si les analystes prévoient un status quo au niveau des taux lors de la conférence de presse de Mario Draghi.

Mais comme nous l’indiquions plus haut, de façon globale, le marché profite de l’apaisement des tensions en zone euro.

Les avantages de l'investissement EHPAD

Publié le 28/11/2012 à 14:24 par solutions-investissements Tags : investissement ehpad ehpad
Les avantages de l'investissement EHPAD

Aujourd’hui de nombreux investisseurs se tournent vers un placement en EHPAD.

Sans doute parce que les EHPAD sont un marché porteur, la demande est croissante et les chiffres sont formels, en 2025 le nombre de personnes âgées de plus de 85 ans augmentera de 25%, il y aura un besoin de 500 000 places en EHPAD.  Avec seulement 5 000 places construites par an actuellement pour un besoin de 15 000, l’offre est bien inférieure à la demande.

Le fait que le locataire ne soit pas un individu, mais un gestionnaire de résidence, évitant ainsi l’écueil du locataire payant son loyer avec deux mois de retard (quand celui-ci finit par payer) est également un point crucial. A fortiori puisque ces gestionnaires de résidences liées à l’investisseur par un bail commercial (de 9 à 12 ans) reconductible tacitement sont également habituellement responsables du paiement des frais liés à des travaux éventuels, des remises aux normes, etc.

Une épine enlevée du pied des propriétaires. Une autre épine enlevée que les pieds de ceux-ci apprécient particulièrement est tout simplement la gestion quotidienne (recherche de locataire, suivi, relance, changement de mobilier...) qui est simplement absente: synonyme de gain d’argent et de temps évident.

L’agence régionale de santé, la région, la sécurité sociale encadrent également ce marché, apportant des garanties que les investisseurs apprécient forcément: acteurs sélectionnés, au niveau financier, au niveau économique, en matière de gestion...

La région subventionne aussi l’obtention de terrains, participe aux travaux...

La possibilité de choix entre défiscalisation et fiscalité neutre ne doit pas être étrangère non plus à l’affection portée à ces Établissements d’Hébergement des Personnes âgées dépendantes. De fait la défiscalisation (loi Censi -Bouvard) permet une réduction d’impôts atteignant 11% du montant Hors Taxes de votre investissement étalée sur 9 ans tandis que la fiscalisation neutre (statut Loueur en Meublé Non Professionnel) permet elle l’amortissement du bien et  ainsi par extension une non-imposition sur une période pouvant dépasser 20 ans.

La récupération de la TVA et son acquisition définitive au bout de 20 ans grâce au statut des revenus considérés comme Bénéfices industriels et commerciaux sont de même, bien évidemment, la source d’un intérêt tout particulier.


DERNIERS ARTICLES :
Investir en résidence étudiante
Actuellement, notre contexte économique ne nous permet pas de prétendre à des rendements intéressants sur la plupart des fonds euros, dont la majorité on baissé de 0,3 po
Mai 2013, les taux d’intérêt au plus bas historiques
  Bonne nouvelle pour les investisseurs français. Les taux d’intérêt des crédits immobiliers obtenus par les particuliers des banques françaises sont au plus bas. Effecti
Taxation sur les plus-values immobilières 2013
Les règles définitives en cas de cession On a beaucoup parlé des évolutions potentielles des règles en matière de taxation sur les plus-values immobilières. Après différe
Investissez différemment, investissez en EHPAD
Les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes appelés plus communément « EHPAD » font partie de la catégorie des logements meublés non professionnels
Investissement en SCPI : effet de levier et autres solutions
  Une société civile de placement immobilier est une structure d’investissement de placement collectif. Ainsi, l’investisseur fait l’acquisition de part(s) de la SCPI qui